Olivier Sillig


Ta ! ta ! ta ! ta ! ta !

La nuit passée, j'ai fait un rêve.
Des médecins, brancardiers, infirmières, en cohortes,
Traversaient, à pied sec, la mer rouge des pots-de-vin.
Avec notre emblème national,
Gravé au culot des douilles qui jonchaient le sol nu,
Ils estampillaient les petits cadavres déchiquetés,
Et les gros éléphants explosés.

Tandis que, autre part, ailleurs, ou ici,
Les maffias, affairistes et consorts se frottaient les mains,
Nous, poussins craintifs, restions blottis
Sous le giron de notre mère poule Patrie,
Heureux d'avoir su préserver, encore fois, nos emplois innocents.

Alors, émergeant enfin des brumes,
Slameur, je me suis rappelé
Que le vingt-neuf novembre,
Nous aussi avions
Notre mot à dire.




 




© www.kunst-und-politik.ch  |  Impressum  |  Zum Seitenanfang